1. Si vous venez d'arriver sur le forum et que vous êtes un peu perdus, cliquez ici !
    Rejeter la notice

Le système scolaire

Discussion dans 'Discussions diverses' créé par Gleanight, 30 Sept 2017.

  1. Gleanight

    Gleanight Explorateur

    Inscrit:
    11 Fev 2016
    Messages:
    74
    Points:
    58
    Le système scolaire


    Bonjour à vous. Aujourd'hui j'aimerais pouvoir débattre sur un sujet sur lequel je suis très actif en ce moment : Le système scolaire, et en particulier les failles qu'il possède. Je tiens tout d'abord à préciser que je ne suis pas la science infuse : je n'affirme en aucun cas mes opinions, je ne fais que partager mon avis à propos des failles du système scolaire. Je n'attaque en aucun cas qui que ce soit durant toute la lecture de ce « pavé ». Pour ce qui ne seraient pas tentés de lire ce texte (ce que je pourrais comprendre), j'ai fait un bilan rapide de tout ce bla bla à la fin.




    Je vais directement dire que je ne suis actuellement qu'en 3ème, et que je n'ai aucune expérience du lycée et sûrement une expérience moindre comparée aux participants de réels débats à ce sujet. Mais du haut de mes 14 ans, il me semble normal de voir de grosses failles dans le système scolaire.

    Je suis (à mon plus grand malheur) ce qu'on appelle « bon élève » au collège. Pourquoi ? Parce-que l'on base mon identité intellectuelle sur les chiffres de mes bulletins, et mon rang dans la classe. Pourtant, et ceux qui me connaissent le confirmeront, je ne suis pas parmi les plus intelligents de la classe. Je prête juste plus d'intérêt aux cours que les autres élèves, que les profs encouragent d'ailleurs peu (voire pas)... il n'y a pas trop de questions à se poser pour savoir pourquoi un élève peut manquer de motivation dans telle matière et exceller dans une autre, la motivation peut varier énormément d'un prof à l'autre.

    Le problème est que certains professeurs refusent de changer, n'acceptent pas les nouvelles mentalités des jeunes et les nouvelles manières de faire. La plupart des écoles optent pour un système basé sur la discipline et la réussite. Rien qu'avec ce point-là, la plupart des écoles sont deux générations en arrière.

    Il est normal de penser qu'avec les nouveautés et avancés technologiques auxquels les jeunes ont très accès, les mentalités ne sont pas les mêmes que les jeunes des générations passées. Et heureusement ! Car c'est le changement des mentalités qui indique le signe du progrès (par exemple, la société d'aujourd'hui est certainement plus tolérante que celle d'il y a un siècle). Dans tous les cas, si les générations antérieures avaient possédé les outils technologiques d'aujourd'hui, ils en auraient eux-mêmes fait des objets de leur quotidien.

    J'ai dit tout à l'heure que la plupart des écoles optaient pour un système basé sur la réussite et la discipline. Tout d'abord, il faut savoir que je parle de « réussite » dans le sens où les élèves qui s'en sortent parfaitement avec d'excellentes notes, et les élèves démotivés qui ratent leurs examens à cause de mauvaise notes, sont abusivement hiérarchisés. Si l'on suit ce schéma-là, on se retrouve devant 3 grandes catégories d'élèves : les bons élèves, les élèves normaux, et les mauvais élèves. Bien sûr, c'est un système complètement obsolète, qui n'est en aucun cas représentatif de la réalité, et qui n'est que le reflet des élèves donnés par le système éducatif.

    Ensuite, quand je parle de « discipline », je fais bien évidemment allusion à l'ambiance de l'école posée en classe par le corps enseignant. Une certaine partie des professeurs, plus rares, pensent que la meilleure façon d'enseigner aux élèves de manière rapide et efficace est de les placer dans des conditions de travail strictes et intensives. Voilà un exemple purement subjectif : dans le collège dans lequel je suis, les élèves prennent des avertissements à chaque bêtise (ce qui est normal). Mais dans certains cas, le professeur peut sanctionner l'élève de manière très stricte et en utilisant la même sanction à chaque avertissement, alors que l'intensité de la sanction devrait dépendre de la gravité de l'avertissement, et non de l'addition des bêtises accumulés par l'élève durant l'année.

    Une utilisation de ce schéma disciplinaire-là ne transformera pas l'élève en un individu calme et posé. Il le transformera plutôt en un élève ne faisant que se contenir, par la pression de l'école et la peur de la sanction, et n'attendant que de sortir de son cursus scolaire pour se relâcher. Ces deux paramètres primordiaux que sont la hiérarchisation des élèves et un système éducatif basé sur la réussite et la discipline sont deux énormes défauts que je trouve au système scolaire. Mais bien sûr, il y en a un troisième, horriblement discriminant : la dévalorisation du milieu professionnel.

    On dit souvent qu'il est plus prestigieux pour des parents que leur enfant prenne la voie générale, une fois sortie du collège. Pour quelle raison ? Parce-que la voie générale offre un éventail de métiers tournant beaucoup autour des domaines scientifiques, artistiques et philosophiques, souvent bien trop mis en avant. Mais disons-le clairement : une France sans agriculteurs, plombiers ou éboueurs n'iraient pas très loin.

    Même aujourd'hui, le milieu professionnel est « mal vu » par beaucoup de parents. J'ai moi-même un ami ayant voulu partir en voie professionnelle durant la 4ème ; une occasion dont il n'ont pas pu profiter, en raison de la mauvaise opinion que portaient ses parents sur le domaine agricole & technologique (je vous rassure, ils sont maintenant d'accord pour qu'il s'engage dans la voie pro après le collège :p).

    Mais ce que je veux dire par là, c'est que les écoles publiques sont moins bien réputées que les écoles privées. Donc, quand il s'agit d'écoles professionnelles, touchant donc aux domaines agricoles et technologiques qui je pense ne sont pas assez mis en avant, la dévalorisation des élèves est certainement plus forte ; c'est généralement les élèves en voie professionnelle qui sont vus comme les « moins instruits » par les professeurs des voies générales.

    D'ailleurs, nous voilà dans un sujet fort intéressant : l'instruction ! Un autre point à relever dans le système éducatif : l'esprit critique ainsi que l'instruction des jeunes n'est donné que trop tard ; seulement à partir du lycée ! Ce n'est généralement qu'à partir du secondaire que les élèves commencent, grâce aux diverses débats menés en philosophie, à développer leur esprit critique et leur regard sur le monde. Je suis sûr que très peu de jeunes aujourd'hui ont réellement conscience de la société actuelle, je suis moi-même certain de n'avoir qu'une vision très restreinte de ce qu'elle est.

    Savoir se forger un avis sur les choses est sûrement plus utile que de savoir calculer des équations de second degré. Mais attention ! Je ne dis en aucun cas que savoir en résoudre est inutile, surtout pour ceux en voie scientifique. Mais si l'on veut devenir par exemple pâtissier, il ne faut pas s'attendre à ce que cette connaissance nous serve un jour.

    Le corps enseignant oublie souvent qu'il est également un deuxième type de parent pour l'enfant. Un parent, qu'est-ce c'est, précisément ? Génétiquement, ce sont les concepteurs de leurs enfants. En ce qui concerne la transmission des responsabilités sociales, leur rôle est de donner des repères éducatifs et émotionnels, des « outils » qui leur permettront d'acquérir l'autonomie et les responsabilités nécessaires afin de se développeur sainement dans la société, et éventuellement une vision critique globale du monde, afin que l'enfant puisse se préparer aux futurs obstacles de sa vie. Le corps enseignant, lorsque je dis qu'il est un deuxième parent, je fais allusion à l'instruction qu'il serait préférable de donner aux élèves dès la primaire, une culture générale ainsi que la capacité de se faire un avis critique sur l'actualité, qui leur permettront de prendre, dès leur plus jeune âge, le goût de la connaissance.


    Bilan

    Points abordés

    • L'identité intellectuelle des élèves basée sur les notes.
    Les élèves sont hiérarchisés selon leur rang et les notes qu'ils acquièrent.

    • Le changement des mentalités des jeunes.
    Approche des jeunes avec la technologie.

    • Les professeurs manquant d'approche de la pédagogie.
    La plupart des écoles optent pour un système basé sur la réussite et la discipline.

    • Dévalorisation du milieu professionnel.
    Les écoles privées et la voie générale sont excessivement mises en avant, au détriment du milieu professionnel.

    • Développement de l'esprit critique chez les élèves.
    Le développement de la culture générale et de l'esprit critique des élèves devrait commencer dès la primaire, et non tardivement au lycée.




    Bref, je vais m'arrêter là pour l'instant ! J'imagine qu'il y a encore un paquet de choses que je n'ai pas marqué, mais l'important est que j'ai dit tout ce que j'avais à dire. Encore une fois, je ne suis pas la science infuse : je ne suis personne pour contester quoi que ce soit, je ne fais que partager mon opinion sur le système scolaire, qui est un sujet qui m'intéresse pas mal ces derniers temps.

    Je ne critique pas non plus l'entièreté du système scolaire : déjà parce-que je n'ai pas assez d'expérience pour avoir une vision globale des choses, et ensuite parce-que malgré beaucoup de points négatifs, il y a également beaucoup de points positifs dans la manière d'enseigner à l'école. Si je partage cet avis aujourd'hui sur ce forum, c'est bien pour récolter d'autres points de vue ; peut-être de nouvelles idées ou d'autres réflexions... je ne sais pas à quoi m'attendre et suis impatient de voir ce que les autres en pensent !
     
    • J'aime J'aime x 1
    #1 Gleanight, 30 Sept 2017
    Dernière édition: 30 Sept 2017
  2. Lionfou

    Lionfou Explorateur

    Inscrit:
    16 Août 2017
    Messages:
    56
    Points:
    32
    Sexe:
    Homme
    Cette année je suis en quatrième, et je me vois mal avoir un esprit aussi "reculé" que toi dans un an !
    Je n'ai pas beaucoup de choses à dire, à part que je suis d'accord avec toi.
    Je suis moi aussi "classé" dans les bons élèves, mais pourtant je ne traine qu'avec mes amis qui sont dans la classe des "mauvais élèves" voir "élèves moyens" pour les professeurs, mais qui abordent une mentalité très semblable à la mienne. Je récoltent des notes quasi toujours supérieures à 17, et moi aussi quand je fais une bourde ou une connerie, ils rigolent gentiment de moi (tkt moi aussi je rigole d'eux chuis pas avec eux pour souffrir ok?)

    Par contre à ton 8eme paragraphe, je ne sais pas pourquoi tu en as pas parlé, peut être que dans ton collège il n'y a pas ce style d'élève ou bien que ce n'est pas intéressant pour toi, mais il y a aussi les élèves qui collectionnent les mots ou punitions, et n'y font attention, qui ne s'intéressent aucunement aux cours, et cela très souvent à cause de leurs années passées et de leurs professeurs. Ces derniers ne peuvent s'imaginer un nouvel élève qui peut se retourner vers le droit chemin, mais veulent absolument l'enfoncer dans son trou toujours plus chaque jours. Je trouve ça dommage car il y en 2 qui sont mes amis, et qui sont très sympa que ce soit avec moi, nos amis ou nos parents, mais à cause de années passés, sont classés comme des élèves ratés. :facepalm2:

    Je pense que les élèves pourrait faire des votes anonymement, à chaque fin d'année, pour dire si les professurs ont fait un bon travail ou non, car par exemple ma professeure d'espagnol, elle passe ses journées à se plaindre qu'on avance pas beaucoup, qu'on ne participe pas, qu'on ne travail pas assez, bref, elle voit le mal partout, alors que pourtant, tout est de sa faute, elle passe vraiment sa vie, à nous raconter sa vie.
    Elle nous demande si on a des frères, des sœurs, des parents, etc, pour se faire passer pour une prof cool, mais à la place de sa, elle se fait passer pour une prof tout permis, une prof qui critique, et qui ne fait rien, et je suis extrêmement déçu, car l'année dernière, j'avais un prof d'espagnol avec qui on travaillait vraiment beaucoup et extrêmement bien et vite, et seulement en un an d'espagnol. La transition à vivre est horrible. :grrr:
    Malheureusement, c'est impossible, car dans la majorité des établissements, les professeurs sont au dessus de tout, au dessus des élèves et au dessus des parents d'élèves, et à cause de ça, la critique constructive sur ces profs est impossible, comme la remise en question de leur enseignement.

    [EDIT]
    N'hésitez pas à donner votre avis ! ;)
     
    #2 Lionfou, 1 Oct 2017
    Dernière édition: 4 Oct 2017
  3. Gleanight

    Gleanight Explorateur

    Inscrit:
    11 Fev 2016
    Messages:
    74
    Points:
    58
    Pour commencer, désolé du retard d'une semaine (j'ai été très occupé par les études cette dernière semaine).
    Je voulais d'abord dire que je suis entièrement d'accord avec toi également, les élèves qui collectionnent les mots et les punitions et qui ne prêtent attention aux études sont vus comme des "élèves ratés" par leurs professeurs, qui continuent ainsi de l'enfoncer. J'ai moi-même été ce que l'on appelle un "élève raté" avant (je ne prêtais pas attention aux cours, récoltais les punitions et étais le pitre de la classe, un vrai cancre...), mais de toute façon ce n'est plus le cas maintenant, car j'ai eu la chance d'avoir certains professeurs superbes, qui m'ont encouragé à faire de mes études une clé qui me permettra d'entrer sainement dans la société de demain. Je suis passé en une année de celui qu'on appelle "cancre" à celui qu'on appelle vulgairement "intello"...

    Mais il est également plausible que certains autres élèves ne prêtent réellement pas attention aux cours et qui récoltent les punitions involontairement (à savoir que je faisais le pitre car étant en ce temps-là peu sociable, je devais me camoufler par une couverture d'idiot pour m'intégrer). Pour ce qui est de ces élèves-la, pour les aider, je ne peux que leur dire de reprendre le "droit chemin". Même avec le moins de défauts possibles dans le système scolaire, un minimum d'investissement sera demandé, c'est pour ça que je traite principalement dans mon texte les défauts par lesquels certains élèves ayant des difficultés ou faisant partis de milieux défavorisés pouvaient de ce fait perdre de leur estime de soi sur le plan scolaire.

    Mais sinon, rien à redire, je suis entièrement d'accord avec toi :)
     
  4. Lionfou

    Lionfou Explorateur

    Inscrit:
    16 Août 2017
    Messages:
    56
    Points:
    32
    Sexe:
    Homme
    Merci de m'encourager, et moi aussi je suis d'accord avec toi. Je suis aussi appelé "intello" même si heureusement c'est seulement ceux qui ne me connaissent pas qui m'appellent comme ça. ;)
    Je n'ai plus rien à dire, à part que je suis content d'avoir parlé de cette façon avec toi, je dirais en me vantant de façon adulte. Les profs doivent changer. On est plus dans les années 1980. On est en 2017, et l'éducation doit changer.
     
    • J'aime J'aime x 1
  5. Nolan-XX

    Nolan-XX Modérateur
    Staff

    Inscrit:
    29 Déc 2012
    Messages:
    10 243
    Points:
    304
    Sexe:
    Homme
    Alors alors, en en ayant pas mal bavé au collège, l'éducation est un sujet qui me touche beaucoup. Prennons donc tes 5 points, que j'en donne mon avis :
    Une hiérarchisation est un mal nécessaire.
    En effet, les notes ne sont pas totalement représentatifs de l'élève. Tu peux être un terrible trou du cul avec 19 de moyenne, ou le gars le plus sympa du monde avec 8 partout. Le problème (surtout au collège et en primaire), c'est que les profs sont censé nous instruire les bases (de la langue, des maths ...) et que nos notes sont basés sur notre compréhension de ces bases. Je suis désolé, mais si t’arrive au collège sans savoir écrire français correctement (correctement, pas parfaitement) ou que tu connais pas tes tables de multiplication, ta place est encore a l'école primaire. On ne peut pas faire du cas par cas, un niveau minimum est nécessaire, donc il y aura forcément une séparation entre mauvais et bon élèves. Après, les profs qui sont tout gentils avec les bons et des enflures avec les mauvais, ça oui c'est mauvais. De plus, un classement peut avoir du bon, pour un jeune ado, battre le premier de la classe niveau note est toujours un bon boost d'égo (après t’arrive a la fac, c'est un boost d'égo d'avoir 3 points a l'exam d'algèbre lol).

    Les générations changent, la technologie, les savoirs ... tout change. Oui. Mais il y a des choses qui doivent rester, dont le respect. Considère moi comme vieux jeu si tu veux (alors que j'ai même pas 20 ans), mais sortir ton portable a table/pendant une discussion, c'est un terrible manque de respect. Il en va de même pour Internet, laisser un gosse de 11 ans se balader sur le net sans aucune surveillance/contrôle, c'est pas l'idée du siècle.
    Car tu veux baser l'éducation sur quoi ? Celui qu'a le plus gros Z c'est le meilleur ? De plus, le monde du travail est lui même basé sur la réussite et la discipline. La nature elle même est basé dessus : une bestiole qui ne réussit pas a chasser ne survivras pas ...
    Vrai, rien a redire la dessus.
    Comme dit plus haut, on a besoin de certaines bases avant de développer notre esprit critique et notre culture. Mais, elle ne commence pas au lycée, loin de la. Dès l'école primaire (ou au moins le collège ...) on te fait lire des livres, regarder des films ... C'est pas juste pour amuser les gosses, tu sais ?



    Il y a un point que tu n'as pas abordé cependant, et qui est très important. Les relations entre les élèves. Dans une classe, tu auras toujours un bouc émissaire, qui se feras insulter, trollé, ou pire, frapper. Et que font les profs dans ce cas ? Absolument rien du tout. Ils ont en rien a taper. Le mouton noir de la classe sera seul. Certes, il peut toujours en parler a ses parents, mais ça implique que les parents soit, déjà, de 1, dispos, de 2 facile a parler, de 3, de bon conseil. Sans ça, que reste il ? Un psychologue, pour qui tu n'es qu'un autre chèque, l'infirmière de l’établissent, qui te file du smecta même si tu viens de te péter le bras en EPS ? L'élève sera seul, ne pourras pas se défendre. Il n'aura que trois ou quatre choix :
    • Abandonner, sécher les cours, éviter les autres : l'élève tombera en échec scolaire, asocial, NEET, et vivra surement pas vieux.
    • Se venger : ça peut TRES mal finir, regarde aux états unis, ça se finit souvent par une fusillade avec une 20aine de morts. En france c'est peut-être moins, mais toujours est-il qu'un coup de surin, ça arrive vite.
    • Trouver un nouveau mouton noir : ça ne règle pas le problème, ça le déplace juste.
    • Evoluer : c'est pas donner a tout le monde. Pour ça, faut être fort mentalement, et disons la nature qui nous file un coup de pouce. J'ai mi même été le mouton noir de la classe en 5em, mais quand j'ai pris quasiment 30cm et une 20aine de Kg (et je suis pas "gros") en l'espace d'une année, ça aide beaucoup.
    C'est pour ça que la Discipline est nécessaire. Mais mal utilisée malheureusement. Car l'éducation nationale omets le respect de la discipline, et le respect est l'un des points les plus important que devrais nous instruire l'école.
     
    • J'aime J'aime x 1
  6. Gleanight

    Gleanight Explorateur

    Inscrit:
    11 Fev 2016
    Messages:
    74
    Points:
    58

    Je suis entièrement d'accord. Mais quand je parlais de "hiérarchisation" (je n'ai aucune idée de si c'est le cas dans d'autres collèges) je parlais surtout des bulletins scolaires, sur lesquels, dans mon collège, on met la moyenne de l'élève concerné, la meilleure et la plus basse. Si on se met à la place de l'élève dont la moyenne est la plus basse, comment se sentira-t-il ? Sûrement nul. J'ai un ami dans ce cas-là, sa dyslexie lui impose des difficultés linguistiques (qui sont limite excessivement exigées dans mon école), et qui pendant une période était persuadé qu'il n'arriverait pas à se construire d'avenir. Heureusement, maintenant, tout se passe beaucoup mieux. :)

    Ensuite, un autre point au niveau de la "hiérarchisation des élèves", un de mes anciens profs disaient, à chaque devoir rendu, les notes de chaque élève, faisant des commentaires qui dépendaient principalement des chiffres.
    Niveau notes, on ne peut certes pas entrer au collège si l'on ne sait pas encore lire ou écrire correctement (qui sont les compétences de base de la primaire). Je parlais surtout en tant que 3ème, qui étudie du Pythagore, et de petits livres avec lesquels une fois lus, fait un devoir surprise et passe directement au suivant.

    Au niveau de l'approche avec la technologie, je suis une fois de plus d'accord avec toi : on ne peut pas utiliser tout, n'importe où et n'importe comment. Mais après y'a des enfants de 11 ans qui sauraient sûrement mieux se servir plus d'un portable qu'un ado de 15 ans ^^

    L'école qui est basée sur la réussite et la discipline : Une fois de plus, je parle vraiment dans l'aspect excessif de la chose ^^ Celui qui a des difficultés mais qui travaille et qui passe de 6 à 11 de moyenne (+5 points) sera toujours considéré comme "bas de gamme" (je déconne pas, un prof a vraiment déjà dit ça) alors qu'un autre qui bosse pas et qui passe de 17 à 16 sera toujours considéré comme "l'élève parfait". La différence est que l'élève avec des difficultés a progressé mais sa moyenne reste dans la moyenne, tandis que l'élève qui a des facilités a régressé mais a quand même bien réussi.

    EDIT :

    Ayant écrit ce message avec peu de temps devant moi, je vais le continuer de suite sur ce dernier points : les relations entre les élèves.
    Je vais en parler dès maintenant, car j'ai plus de temps devant moi étant donné que ce sujet est assez vaste :)

    Effectivement, comme tu l'as dit il y aura toujours le(s) bouc émissaire(s) dans chaque classe. Et même dans ma classe, le professeur ne réagit pas. Pire : Il regarde, mais sans rien faire. C'est honteux, j'ai envie de les gifler quand je vois ça. Ayant moi-même été le bouc émissaire pendant mon année de 5ème, moi et d'autres élèves réagissions, mais les autres s'en foutaient littéralement.

    Comme tu l'as dit, l'enseignement de la discipline chez les élèves est mal fait : on les soumet plus aux règles de l'école qu'aux règles du "bien-vivre ensemble". Dans mon école, les moqueries se sont calmées. On a eu la chance d'avoir des intervenants sur le bien-vivre ensemble et l'occasion de faire de nombreux débats sur ce sujet-là, je pense que l'on devrait instruire ça dans chaque école, ça serait une véritable prise de maturité pour certains.

    Mais au niveau du "mouton noir", il est vrai qu'il peut développer une phobie scolaire, et alors sécher les cours. Généralement, les professeurs se foutent de ce signe qui pour la plupart du temps peut être un appel à l'aide chez certains ados, au contraire même : ils le prennent mal, deviennent réellement méchants avec ces élèves-là et ne font que continuer de les enfoncer.
     
    #6 Gleanight, 18 Oct 2017
    Dernière édition: 22 Oct 2017
  7. Nuagge

    Nuagge Modérateur
    Staff

    Inscrit:
    23 Avr 2017
    Messages:
    128
    Points:
    63
    Sexe:
    Homme
    Tout d’abord, je tiens à vous remercier d'avoir écrit de tels pavés que j’ai du lire dans leur intégralité et toutes les vidéos/articles que je viens de lire à ce sujet. Vu que chacun a pu se présenter je fais donc de même, je suis donc âgé de 12 années consécutives de vie. C’est ainsi que je suis en 4°. Je vais donc pouvoir commencer à mon tour.

    L’école en France est un institut obligatoire par lequel passent tous les enfants. Ayant pour objectif de faire découvrir les bases et le monde. Pour cela l’école est partagée sous forme de cycle de 3 années. Ces cycles correspondent à l’évolution de l’enfant et à vrai dire à ce sujet il n’y a rien à redire. L’école enseigne donc les bases pour permettent à tous d’évoluer dans des études supérieures ou entrer dans le monde du travail.

    Malheureusement ce système ne convient pas à tous et reste avec de nombreux problèmes.

    Pour commencer avant tout choses, l’école nous apprend les connaissances dites de base pour le futur, mais apprenons-nous d’une façon optimale. En sachant que plus de 20% du temps en classe et passé au rétablissement de l’ordre, et que la plupart des personnes n’ont aucune idée du pourquoi de leur présence et que celle-ci ne représente pour eux qu’une perte de temps. Avec l’apparition d’Internet et des différents moyens mit en place pour apprendre, il sera difficile de rivaliser avec une encyclopédie éditer par des milliers de personnes. Internet ouvre la porte du savoir sans limite et suscite de l’intéressement. Les nouvelles générations dont je fais partie naissent avec le numérique et vivent au quotidien avec. Il est donc compréhensible que ces objets soient plus intéressants. Certaines écoles se veulent n'utiliser que du matériel électronique intelligent (ordinateur, tablette, tableaux intelligents) et on remarque que les élèves sont bien plus motivés à l’idée d’aller en cours et comprennent mieux ce pour quoi ils sont là.

    Plus haut, il a été question de développement de l’esprit critique mais comme a pu le préciser Nolan-XX celui-ci doit avant tout posséder des bases culturelles dans les différentes matières, chaque élève doit avoir la capacité de débattre. C’est aussi un point qui peut varier selon les établissements, je prends exemple du mien nous avons eu de nombreux débats et il existe des groupes dédiés aux débats sur la société qui sont accessibles à tout niveau scolaire.

    Une fois avoir parlé de la partie apprentissage, les notes, fléaux de tous sont obsolètes et posent de nombreux soucis chez les élèves. On rencontre des problèmes d’anxiété, ou cette peur de l’échec suite à un mauvais résultat. L’Éducation nationale a mis en place un système de compétences correspondant bien mieux aux attentes voulues. Je n’ai rien d'autre à ajouter qu’il n’a déjà été cité.

    Pour terminer il faut savoir que l’école avait pour objectif de garantir un meilleur travail mais maintenant ce n’est plus le cas, un BAC +… ne garantit pas un travail. J’entends par là que les études supérieures font et qui sont prônés depuis tout petit à chacun comme la certification d’un meilleur travail n’est plus valable.

    Voilà une vidéo qui traite bien le sujet

     
    #7 Nuagge, 26 Oct 2017
    Dernière édition: 26 Oct 2017
  8. Lionfou

    Lionfou Explorateur

    Inscrit:
    16 Août 2017
    Messages:
    56
    Points:
    32
    Sexe:
    Homme
    J'ai tout lu, je suis d'accord. Oui j'ai la flemme de réécrire un pavé :D

    La bonne vieille vidéo de Trash... Les meilleurs, j'ai du regarder cette vidéo une bonne 10aine de fois.

    Le système scolaire doit changer. Rien qu'un peu, mais il doit changer.
     
    • J'aime J'aime x 1
  9. Gleanight

    Gleanight Explorateur

    Inscrit:
    11 Fev 2016
    Messages:
    74
    Points:
    58
    Bon, je vais m'écarter un peu du sujet (voire complètement en sortir) mais c'est quelque chose que je voulais vraiment préciser.
    Effectivement, l'acquisition d'un BAC+... ne garantit pas un travail, loin de là. Les exigences en écoles supérieures ont été abaissées depuis les dernières décennies, on pourrait donc comprendre l'élévation des exigences dans le milieu professionnel... Mais là n'est pas le problème ; ce que je veux dire par là, c'est que des personnes ayant obtenu un BAC+... ne peuvent pas, si elles n'ont pas un parcours / niveau qui claque ou une certaine intelligence sociale, être certaines qu'elles seront prises dans une grande entreprise.

    En gros, depuis très longtemps, on est en surpopulation humaine, c'est plus un secret. Résultat : de plus en plus d'emplois sont pris, et de moins en moins de place reste pour les arrivants, donc plus de chômage... dans tous les secteurs. Et le truc qui est dégueulasse (et qui est trop peu dit selon moi), c'est que la pauvreté est considérée par les gouvernements internationaux comme l'un des meilleurs moyens d'évacuation pour remédier à tout ça (à savoir que la surpopulation engendre non seulement chômage mais aussi effet de serre, besoin davantage de ressources, de place, d'emplois etc...).

    Bref, revenons au sujet initial. Je voulais cette fois-ci m'attaquer aux écoles supérieures (thème cité précédemment). Depuis des siècles, l'accumulation de connaissances en tout genre dans tous les domaines forcent les écoles à compacter tout ça dans des programmes d'une année. Maintenant, les connaissances & compétences à acquérir (dans le secteur scientifique par exemple) sont tellement diverses qu'il faut s'orienter dans une direction précise. De ce biais, le travail à fournir est de plus en plus intense d'années en années et les étudiants arrivant en prépa tombent facilement dans le burn-out. Honnêtement, je trouve (de mon point de vue) qu'ajouter des années supplémentaires serait plus approprié que d'ajouter plus d'éléments dans les programmes scolaires. Ca ferait certes quelques années à supporter en plus, mais une dose de travail très fortement réduite, et donc un travail beaucoup plus supportable par les étudiants !
     
    #9 Gleanight, 28 Oct 2017
    Dernière édition: 28 Oct 2017
  10. Nuagge

    Nuagge Modérateur
    Staff

    Inscrit:
    23 Avr 2017
    Messages:
    128
    Points:
    63
    Sexe:
    Homme
    Tout ce que tu dis là est malheureusement vrai, après aucune directive n'est prit par rapport à ça au niveau du ministère de l'éducation
     
    • J'aime J'aime x 2
  11. mr_tactac

    mr_tactac Nouveau

    Inscrit:
    8 Déc 2017
    Messages:
    1
    Points:
    0
    Sexe:
    Homme
    Dans ce système scolaire, l'élève est plus intéressé par la note que par le fait d'apprendre. Ce qui nous donne un système éducatif où les élèves trichent.

    Certains Professeurs ont une bonne approche de la pédagogie.

    Je donne mon avis sur certains points que tu as soulevé.
     
  12. Nuagge

    Nuagge Modérateur
    Staff

    Inscrit:
    23 Avr 2017
    Messages:
    128
    Points:
    63
    Sexe:
    Homme

Partager cette page